نصائح للتأقلم مع عادات رمضان
20 أبريل 2021
Show all

Interview avec Mansouria El Bouchikhi « Le stress, comme toute émotion positive ou négative, commence dès l’enfance »

– Gérer son stress est extrêmement important, surtout si on le subit au quotidien. Mais pour pouvoir le gérer, il faut d’abord identifier les facteurs de stress ou les situations dites stressantes. Alors d’où provient le stress ?

– Actuellement, le stress est devenu la maladie du siècle, il touche les jeunes, les adultes et même les enfants, il provient généralement de l’environnement familial, de l’ambiance du travail, et les élèves aussi n’y échappent pas à cause du harcèlement à l’école ; il y a également les problèmes financiers.

De plus, le stress pourrait être génétique, mais je crois toujours que si la personne veut travailler sur elle-même, elle pourra mettre fin à cette maladie, car la volonté humaine est plus forte que ce qui est physique, plus forte que la génétique. Ce sont des facteurs externes. Quant aux facteurs internes du stress, il y a le manque de confiance en soi et de l’estime de soi, ainsi que l’autocritique. Les personnes souffrant du stress se parlent négativement, elles mènent un monologue intérieur qui est destructeur et s’auto-collent des étiquettes négatives.

– Certes, le stress est un mal du siècle qui ne doit pas être pris à la légère… Mais, comment lutter efficacement contre ?

– Pour gérer le stress, il faut savoir déjà où il se trouve dans notre corps. Toutes les émotions se trouvent dans notre inconscient, dont le stress et l’anxiété. Ensuite, il faut identifier les facteurs internes ou externes qui me font stresser.

Si c’est externe, il faut d’abord s’éloigner de tout ce qui me fait stresser, par exemple les gens négatifs qui me font stresser, si on est incapable de le faire, notamment lorsqu’il s’agit de notre famille puisque c’est sacré, ou bien au travail, il faut diminuer au minimum le contact avec ces personnes, ne pas partager ses objectifs avec eux, ne pas focaliser sur leurs propos pour ne pas subir cette pression.

Pour lutter contre les facteurs internes précités du stress, on peut faire du sport, de la visualisation, ainsi que des exercices de relaxation et de respiration au réveil et avant de dormir : ce sont des moments importants pour notre corps énergétique.

– Un stress chronique, familial ou professionnel, augmente de manière significative les maladies : comment expliquez-vous le lien qui existe entre le stress et les maladies physiques ?

– Le stress est une émotion, et celle-ci agit sur le corps physique. Par exemple, les gens qui ont des émotions négatives comme le stress, la peur et l’anxiété, ont toujours mal à la tête. Ces émotions sont dans le subconscient, et quand je suis stressé, le cerveau envoie des signaux à mon corps, il y a donc des empreintes qui restent dans mon corps, je commence à trembler, la bouche sèche, j’ai une boule dans la gorge, j’ai du mal à respirer, ce sont les symptômes du stress.

Le stress peut également contribuer à l’exacerbation ou à la composante de chronicité de certaines maladies, notamment l’asthme, la fatigue chronique, la migraine et les troubles digestifs de l’estomac.

– On dit que des conditions de vie stressantes pendant l’enfance, dans un climat familial tendu, pourraient être à l’origine des troubles du comportement jusqu’à l’âge adulte. Peut-on transmettre le stress à nos  enfants  ?

– Quand on naît, on est une page blanche, si la maman est toujours stressée, elle va arroser cette graine du stress au jardin de son enfant, et ces émotions vont grandir avec lui. Le stress, comme toute émotion positive ou négative, commence dès l’enfance. Il peut ainsi nuire à l’apprentissage et à l’épanouissement de l’enfant à long terme. Des fois, les parents mettent énormément de stress sur leurs enfants, et cela risque d’avoir des répercussions plus sérieuses sur leur santé physique et mentale jusqu’à l’âge adulte.

– Comment traiter le stress en cas de complications ?

– Le stress est une réaction naturelle du corps, mais en cas de complications, ou s’il devient chronique, il peut nuire à l’équilibre psychologique et physique. Il faut ainsi apprendre à le maîtriser dans les cas normaux, faire attention aux signaux envoyés par son corps, et voir un spécialiste en cas de complications.

Source : lopinion.ma